Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
26 juillet 2017 3 26 /07 /juillet /2017 15:14
Editions Edilivre

Editions Edilivre

Le livre

La vie est un parcours semé d’embûches, un chemin de croix qu’il est préférable d’emprunter à deux. Certains attendent l’amour pour se lancer, d’autres ne le font pas, par peur de la solitude, par résignation ou parfois parce que le destin en a décidé autrement.

L'auteur

Né en 1983, Louis LUCAS a longuement fait mûrir sa plume avant de se lancer dans son premier roman. Autodidacte, il nourrit son écriture des œuvres artistiques qui jalonnent son parcours de glouton de la culture.
L’Objet de mon affection, son premier roman, s’interroge sur des thèmes universels : l’évolution des relations amoureuses, les bouleversements sociologiques de la société ou les rapports entre les hommes et les femmes.

Où se procurer ce roman

https://www.edilivre.com/catalog/product/view/id/827098/s/l-objet-de-mon-affection-louis-lucas/#.WXeeuulpyM8

https://www.amazon.fr/LObjet-Mon-Affection-Louis-Lucas/dp/2414031379

http://livre.fnac.com/a10627371/Louis-Lucas-L-objet-de-mon-affection

Mon avis

Tout d'abord, je tiens à remercier l'auteur, Louis Lucas, ainsi que les éditions Edilivre pour m'avoir envoyé ce roman en service presse.

L'objet de mon affection est un roman purement psychlogique ce qui a été très dure pour moi au commencement.

Mais une fois habitué, je me suis vite prise dedans.

C'est une très belle histoire sur la vie, nous ne pouvons pas décroché jusqu'à la très surprenante fin.

L'écriture est fluide, aérée, sans fioritures. L'histoire est bien menée.

Je recommande donc ce roman très original et je mets le note de 5/5 à l'auteur, Louis Lucas.

Cette chronique est également visible sur Amazon et Edilivre

 

Repost 0
Published by ivre de livres - dans Autres romans
commenter cet article
19 juillet 2017 3 19 /07 /juillet /2017 12:52
Bookelis

Bookelis

Le livre

Aléas: situations imprévues soumises à une évolution incertaine. Le ciel était rouge à cet instant, le monde se consumait sans que l'on y puisse rien faire. Et je ne voyais pas comment changer quoi que ce soit. De la porte ouverte j'attendais les premières flammes. Elles sont jamais venues. Quatre petites histoires, la vie, ses hasards, ses soubresauts, ses erreurs regrettables et tous les petits fourmillements qui nous permettent d'avancer, toujours.

Mon avis

Tout d'abord, je souhaite remercier l'auteur, Franck Mercier de m'avoir envoyé ce livre en service presse.

J'ai été très surprise par ces trois courts récits, ils sont captivants et on est pris au piège par le suspense.

J'aurais bien voulu que ça ne s'arrête pas mais peut-être existe-t-il une suite ...

L'écriture est simple, fluide, aérée et sans fioritures voir même poétique.

Les histoires sont très bien menées.

Je félicite l'auteur, Franck Mercier pour m'avoir fait voyager à travers ces récits et je lui mets la note de 5/5.

Vous retrouverez également ce commentaire sur Amazon

Les internautent en parlent

https://www.amazon.fr/Al%C3%A9as-Franck-Mercier/dp/B01EW8YTSE

Repost 0
Published by ivre de livres - dans Autres romans
commenter cet article
15 juillet 2017 6 15 /07 /juillet /2017 12:47
Chronique du roman de Patricia Ricordel " Victoire"

Le livre

Victoire, jeune femme de 27 ans, enfant de la balle, fan de Céline Dion, dépendante aux jeux de hasard et allergique à la prière, se retrouve dans une impasse. Sans argent, interdite de casino et criblée de dettes, elle doit trouver rapidement une solution pour échapper à ses créanciers. Quatre mots lus sur un panneau publicitaire vont bouleverser le cours de sa vie et la pousser de l’île de La Réunion à Las Vegas. C’est une histoire de hasards ou de coïncidences, de petits cailloux semés sur un chemin qui ne mène jamais où l’on croit.

L'auteur

Patricia RICORDEL est chanteuse et comédienne.
Après 25 ans passés sur les planches des théâtres de France et de Navarre, elle décide de consacrer les 25 prochaines années au moins, à l’écriture qu’elle chérit depuis longtemps.
Son expérience, en tant qu’auteure, se limite à ce jour à la publication de textes de chansons.
En 2015, elle crée un blog dans lequel elle publie de courtes histoires. Elle est la fondatrice du 1er Festival Virtuel de La Nouvelle en 2016. La même année, elle obtient un 1er Prix pour un texte à l’occasion d’un concours.
À la suite de son premier roman « Victoire », un recueil de nouvelles verra bientôt le jour.

Où se procurer le roman

https://www.amazon.com/dp/B072K2TRQ9

Mon avis

Tout d'abord je tiens à remercier l'auteur, Patricia Ricordel, de m'avoir fait découvrir son roman.

Je dirais un grand un grand waouh !!! Mais quelle plume, l'écriture est fluide, aérée et sans fioritures.

J'ai carrément dû retenir mes larmes tout au long de ma lecture, ce qui ne m'arrive, euh...disons jamais.

Les personnages sont très attachants, sutout l'héroïne qui est quelque peu fragile.

En clair, ce livre à été un coup de coeur alors un grand merci à Patricia Ricordel qui m'a fait découvrir son univers musical.

Je lui mets la note de 5/5 car c'est un très bon roman.

 

Les internautes en parlent

https://www.amazon.fr/dp/B072K2TRQ9/ref=dp-kindle-redirect?_encoding=UTF8&btkr=1

Repost 0
Published by ivre de livres - dans Autres romans
commenter cet article
11 juillet 2017 2 11 /07 /juillet /2017 15:12
Chronique du roman de Jérôme Ruffier"Pinacothèque mercantile et moraliste du zombie saison 1"

 Le livre

Un chômeur longue durée, un flic dépassé par les évènements, un producteur de films pornographiques et son actrice fétiche au Q.I d’huître, un énigmatique éco-guerrier qui en sait plus qu’il ne le dit, une scientifique, un Patient Zéro, une agricultrice au fort caractère, des Chevaliers du Zodiaque, un Président de la République, une multinationale impliquée, des Illuminatis, un complot millénaire, un virus… UNE INVASION DE ZOMBIES !!! »

Les laboratoires de Biofoxis, un impressionnant complexe pharmaceutique, travaille depuis des années sur un étrange soluté, le Samson. Dès lors que Seth, un éco-terroriste s’empare du produit et le déverse dans la nature, une épidémie sans précédent envahit la France. Les Zombies marchent sur le pays, chaque jour de plus en plus nombreux, bien décidés à dévorer les survivants. Malgré la menace, des groupes de personnes prennent leur courage en main pour résister, mais ils vont découvrir que l’invasion n’est que le début d’une longue quête qui lie l’humanité à son destin…

Pinacothèque Mercantile et Moraliste du Zombie est le début d’une saga écrite comme une série télévisuelle. Horreur, humour et complot viennent prendre en haleine le lecteur jusqu’à la dernière ligne.

 

 

 

Biographie officielle

Fan d’heroic-fantasy depuis qu’il a compris que le Seigneur des Anneaux n’avait rien à voir avec Hannibal Lecter, Jérôme se passionne pour l’écriture dès son plus jeune âge (vers 25 ans, à quelques vaches près). Né en Haute-Savoie et résident à Lyon actuellement, il passe ses journées à écrire ses romans et scénarios de BD qu’il refourge aux libraires du coin en les menaçant de brûler leurs boutiques s’ils refusent de les prendre. Ses thèmes de prédilection sont les théories du complot, les épées (et tous ces trucs qui coupent), les zombies, l’humour, les jeux-vidéo et les poneys. Si si ! On peut faire des histoires avec ça !

 

 

 

Autobiographie

Hum… dur de se définir soi-même. J’ai grandi dans un petit village au dessus d’Évian-les-Bains où j’ai passé une enfance merveilleuse à construire des cabanes, parcourir les forêts et cramer des granges. Depuis tout petit déjà, j’écrivais mes histoires de science-fiction et de Fantasy que je lisais ensuite en classe, ce qui me valait un nombre conséquent de « hors-sujet » dans mon cahier de correspondance. Étant persuadé que l’enfance forge la vie adulte, j’ai évolué dans la génération Club Dorothée entre les Chevaliers du Zodiaque et Dragon Ball, et j’imagine que cela se ressent dans mes écrits. Puis vint l’adolescence, avec les boutons d’acné sur le bout du museau et les filles, mais surtout

 

arriva également une furieuse envie d’écrire, inspirée par le cinoche des années 80. Mon premier roman de cent pages est d’ailleurs dans un tiroir de ma table de nuit, accouché durement à la plume, avec une histoire ridicule d’Elfe qui sauve le monde. Les années passèrent, l’écriture se tarit car la vie d’un ado est peu propice à la création, surtout lorsqu’on passe les soirées à picoler avec ses potes ! Puis vinrent les premiers boulots, le déménagement à Lyon pour des raisons professionnelles, le mariage… et subitement, l’écriture réapparait. D’abord des scénarii de films, de séries TV, puis la volonté de s’attaquer à des choses plus ambitieuses. Je sors mon premier roman, « Zarret Krivonis », décroche un premier contrat, la maison d’édition coule… Pas

grave, je continue avec « Pinacothèque mercantile et moraliste du zombie » avec un autre éditeur. Qui coule également sans que je touche le moindre copecks… OK, on ne fait pas ça pour la thune, mais quand tu es classé huitième meilleure vente sur 600 auteurs, ça met les glandes. Après quelques déboires avec d’autres éditeurs peu fiables, je décide de créé ma propre maison d’auto-édition, les Ateliers de Syxsis. Et j’aime ça ! Je perds certes du temps sur des questions techniques, mais je ne dois rien à personne. Ah Liberté !!!

 

 

Où se procurer ce roman :

https://lesateliersdesyxsicom/category/catalogue/pinacotheque-mercantile-et-moraliste-du-zombie/

 

https://www.amazon.de/Pinacoth%C3%A8que-mercantile-moraliste-zombie-saison-ebook/dp/B017Q56HE4

 

Mon avis :

Tout d'abord, un grand merci à l'auteur, Jérôme Ruffier qui m'a très gentillement offert ce livre accompagné d'une dédicace.

Alors comment vous expliquer, ce livre est plein de rebondissement, on passe de l'humour à l'horreur, personnellement je me suis éclaté avec ce livre.

Il est rare de voir un livre de zombie avec autant d'humour et l'auteur n'en manque pas, oh non...

C'est gore mais c'est un roman génial que je recommande vivement.

Un grand bravo à Jérôme Ruffier, tu as réussi à me faire rire au point d'en avoir mal au ventre :)

Ce livre est un coup de coeur et je lui mets la note de 5/5

 

Les internautes en parlent

 

Par kittiscarlett le 15 décembre 2015
pour la mise en page, on prend le pli et ca se fait tout seul, vu que le livre est bon et que l'on est bien pris par l'intrigue - les intrigues plutot-
franchement, il y en a pour tout le monde, les differentes histoires rebondissent continuellement et on passe du rire au stress tres souvent.
pour ceux qui ont lu westlake, ca me fit penser a du westlake-zombie!!.bien sur on peut chipoter sur le style, les coquilles mais il y a et de loin bien pire a lire.
a quand la suite!!
 
Par FULBERT LE FULMINANT le 17 mars 2016
Le Zombie biologiquement reconditionné...Il y en a un qui devrait pouvoir en profiter vu l'état de loque dans lequel il erre...Je vous laisse deviner...Chacun a le sien...
Repost 0
Published by ivre de livres - dans Autres romans
commenter cet article
10 juillet 2017 1 10 /07 /juillet /2017 12:48
chronique du roman de Christian Perrot " Cartel-Robotique-Episode-1"

Au sein de la mégalopole utilisant les drones multidisciplinaires, les professeurs masqués dispensent leurs cours à distance. Les étudiants y assistent par drone interposé. D’autres en bricolent dans leur garage. Certains même sont spectateurs ou participent à des combats de drones clandestins organisés dans les bas-fonds.
Autrement dit, la population profite des avantages octroyés par les drones omniprésents dans leur société survivante.
Cependant, plus haut dans la sphère des affaires, deux consortiums opposés, tant par leurs domaines d’activités que par leurs dirigeants, atteignent, puis dépassent les limites de la simple divergence d’opinion.
Le début d’une longue réaction en chaîne qui entraînera bien des changements dans l’existence d’une poignée d’adolescents.

Repost 0
Published by ivre de livres - dans Autres romans
commenter cet article
10 juillet 2017 1 10 /07 /juillet /2017 12:22
éditions l'Ivre Book

éditions l'Ivre Book

Le livre

Sabine Ferrière, enquêtrice pour le compte d’une mystérieuse Fondation privée, est brutalement replongée dans les ténèbres de son passé alors qu’elle travaille sur une affaire d’apparence banale.

Où se procurer ce roman

https://www.amazon.fr/Help-Me-Fr%C3%A9d%C3%A9ric-Gynsterblom/dp/2332525076

https://ivrebook.wordpress.com/2016/02/12/help-me-de-frederic-gynsterblom/

Chronique « Help me »

 

Dans la cuisine

L’écriture demande de l’investissement, pour ma part, je bosse par session de 2 à 3 heures. Cependant, l’arrivée de ma magnifique fille dans ma vie fait chuter ma productivité de manière drastique. Pas grave, je ne vais pas écrire pendant 3 mois, je m’attellerai plutôt à l’élaboration des histoires de mes romans.

 

Devant le PC

Tiens !? Un message de Céline Thibaut, une romancière sympathique que j’ai croisé à un salon. Elle me propose des chroniques littéraires. Pourquoi pas ! Si je n’ai plus le temps d’écrire, j’ai le temps de lire. Elle sait que j’aime l’horreur et le fantastique, j’espère que le roman qu’elle m’envoie sur mon Kindle sera à la hauteur de mes espérances.

 

Lisant le Kindle

Putain, ça commence mal. « Help me », un titre anglais pour un roman français. Je déteste cette dictature de l’anglais dans notre société. Comme pour les groupes de musiques qui se sentent obligés de chanter dans la langue de Mr Bean en espérant faire une carrière internationale. Tout le monde n’a pas l’intégrité de Rammstein…

 

Fouillant le PC

Donc Help Me… édité par l’Ivre Boock et écrit par Frederic Gynsterblom. Connais pas ce mec, je vais voir sur le web. Merde… le mec est mort, à 39 ans en plus. J’attaque la lecture en sachant que je critique l’œuvre d’une personne décédé, ça fait bizarre.

 

Lisant sur le fauteuil salle de jeu

Moitié du livre. Putain ! Je vous fais un court résumé : Sabine est une jeune femme brisée par la vie, violée par un pédophile dans son enfance. Elle a refoulé son passé mais ce destin brisé lui a conféré un pouvoir, celui de reconnaître la vraie nature des gens. Son talent est très apprécié à la Fondation Carver, une société privée qui aide la police dans la résolution de crimes sanglants. J’arrête là dans la divulgation de l’histoire, sachez juste que des meurtres abominables vont se perpétré et que Sabine sera mise sur le coup.

 

Dehors, avec le Kindle (changer 3 a 4 fois de lieu)

Livre terminé. Wahou ! J’ai pris une claque. Pas vraiment sur le déroulement de l’histoire, dont la fin m’a laissé… sur la faim. Si le fond n’est pas très original, même si j’aime l’intégration de l’ésotérisme au récit, la forme m’a bouleversé. Deux constats me viennent à l’esprit.

- Premièrement, ce livre est le plus dégueulasse et le plus dérangeant que je n’ai jamais lu ! Les scènes de viols, de tortures, de pédophilies sont extrêmement détaillés et dérangeantes, je suis même surpris que plusieurs éditeurs aient eu le courage de publié ce roman. Pour les âmes sensibles, je conseille la lecture à proximité d’une bassine. Tout est malsain dans Help Me, je vous assure que certaines scène resteront gravé dans mon esprit un long moment. Le plus morbide sont effectivement les scène de viols d’enfants qui sont à vomir.

- Deuxièmement, le style de l’auteur est impeccable, pour les types comme moi qui détestent les descriptions a n’en plus finir. L’écriture est concise et va à l’essentielle. Les personnages ont une épaisseur, pas tous mais les plus importants et chaque chapitre terminé donne envie de lire le suivant. Petite curiosité que j’ai adoré, il est impossible de situer l’histoire. USA, France ? Je ne sais pas où se déroule le roman, et l’idée est géniale, chacun se forge sa propre conception des lieux.

 

Pour résumé, Help Me est un très bon roman, et même si la fin m’a quelques peu déçu, je le conseille fortement. Attention tout de fois, certaines scènes sont horribles à lire, sincèrement, et il faut avoir le cœur bien accroché pour terminer le bouquin. Moi j’adore, mais nous ne sommes pas tous égaux devant la subjectivité des mots.

Repost 0
Published by ivre de livres - dans Autres romans
commenter cet article
4 décembre 2013 3 04 /12 /décembre /2013 10:28

                                                                                               

 

Roman

327 pages

20.30 €

 

Fin du XXe siècle… Une veille de Noël… Un quartier tranquille de l'Est parisien… Des êtres paumés errent dans l'incessante et vaine recherche d'un monde meilleur. Des allées du Père-Lachaise aux couloirs de la clinique d'en face, ils se retrouvent, mus par les ficelles d'un destin implacable ou par celles d'un étrange tueur de l'ombre où chacun joue un rôle à sa démesure.
Le Capitaine Saint-Vicq fera tomber le rideau de la vérité sur le dernier acte.

 

 

« Mon avis :

 

Avec ce roman, Monique Giraudet nous emmène à Paris.

 

Nous rencontrons le personnage du Capitaine Saint Vicq. 

 

Celui-ci est formidablement bien décrit par l’auteur et devient vite très attachant pour le lecteur.

 

L’écriture est très fluide, le roman est bien écrit.

 

Nous sommes vite pris dans l’intrigue.

 

Pour ma part, j’étais vraiment très impatiente de connaître l’identité du coupable et j’ai été admirablement conquise par une fin insoupçonnable.

 

En clair, j’ai beaucoup apprécié ce livre et je ne peux que vous le recommander, chers lecteurs»

Repost 0
Published by ivre de livres - dans Autres romans
commenter cet article
22 juin 2013 6 22 /06 /juin /2013 20:14

pleines lunes

 

index.jpeg

Roman

152 pages

14.50 €

 

Résumé

« Dehors il pleut des cordes. Des cordes mais sans nœuds. C’est heureux parce que moi j’aime pas les nœuds. C’est pas comme Lolita. Lolita elle s’en met plein les cheveux. Des à pinces, des violets, des à carreaux. L’autre jour elle a même dit qu’elle aimait les à petits pois. Moi les petits pois c’est le jeudi. J’en prends plein parce que moi aussi j’aime bien les petits pois. »
Deux êtres très attachants, emplis d’amour et de poésie… Une intrigue à démêler dont les rebondissements n’ont pas fini de vous surprendre… Une mosaïque à reconstituer, faite d’instants passés et présents, heureux ou douloureux, mais toujours baignés d’amour, de persévérance et d’espoir…

 

L'auteur

Médaillée du Conservatoire de Paris, Sophie Krebs est professeur de formation musicale depuis trente ans. Passionnée de pédagogie, elle invente en 2003 la méthode RYTMO, une méthode d’apprentissage du rythme au travers des mots. Elle publie en 2004 des recueils de pièces de musique verbale qu’elle baptise Enfantillages et crée en 2007 les jeux de société RYTMO qui obtiennent une médaille d’Or du Concours Lépine International.
Pour passer de la musique verbale à la littérature il n’y avait plus qu’un pas…
Elle le franchit aujourd’hui avec son premier roman Nos pleines lunes.

 

Mon avis :

Pour une fois, la quatrième de couverture n'est pas trop bavarde :

"Deux êtres très attachants, emplis d'amour et de poésie...Une intrigue à démêler dont les rebondissements n'ont pas fini de vous surprendre...une mosaïque à reconstituer, faite d'instants passés et présents, heureux ou douloureux, mais toujours baignés de persévérance, d'amour et d'espoir."

 

Je ne vous en dirais pas trop non plus pour que vous puissiez, à votre tour, être surpris par les dénouements en cascades.

 

Ce premier roman est une franche réussite du point de vue de la construction.

 

Une fois la chute découverte, vous pouvez relire les courts chapitres et y déceler des indices savamment distillés.

 

Et quand on relie les points entre eux, le fil conducteur a formé un étonnant dessin !

 

Voici une lecture qui laisse une empreinte durable. 

 

Lucas, Lolita, Laetitia, Nicolas, Victor, Madeleine, ces personnages là composent un puzzle dont les pièces s'imbriquent parfaitement. L'auteure nous balade sacrément en nimbant le récit d'une brume qui ne se dissipe qu'à la toute fin. 

Sachez seulement qu'il y a des mots, des guirlandes de mots; des instants choisis capturés qui forment spirale infernale; des oiseaux tombés du nid faute d'avoir déployés leurs ailes; des dés qu'on jette et des bonnes pioches; Hamlet, un chat, qui sort de scène et y reviens acclamé ; des pois sur les bols et sur les noeuds dans les cheveux; des pots de colle et des escargots qui bavent; des fleurs, beaucoup de fleurs (jacinthe, rose de Noël, giroflées) , du chocolat chaud qui laisse une moustache, des verres à moitié remplis; du Coca qui pique, des lettres d'imprimerie, des larmes aussi. 

 

Oui, on peut glisser de la poésie dans la plus dramatique des histoires et garder une forme d'espoir.

Repost 0
Published by ivre de livres - dans Autres romans
commenter cet article
30 avril 2013 2 30 /04 /avril /2013 11:44

Quand adolescence rime avec souffrance.

 

index

Roman

126 pages

14€

 

La relève des jeunes romanciers de l’adolescence à la dérive est en marche. Charline Quarré fait partie de cette génération du vide, autocentrée et désabusée, qui traîne ses guêtres dans les bars comme ses parents à Woodstock ou dans les rues de Paris en mai 68.  A la différence que son héroïne est seule, désespérément seule.

 

RÉSUMÉ :

Margot a 17 ans et a déjà fait l’objet d’une pétition de ses camarades de classe lui demandant de… se suicider. Jeune fille sauvage, au caractère ombrageux et peu commode,  elle navigue dans une existence faite d’angoisses et d’irrésolution, entre de rares amis et des parents riches et absents.

 

MON AVIS : un auteur à suivre! 

 Dans ce roman confession, Charline Quarré n’a d’autre prétention que de se raconter à travers son héroïne Margot. Aucun désir d’universalité ne transpire de ses propos, elle ne s’érige pas en porte-parole de sa génération; pourtant, on lui prêterait bien ce rôle. Car ce sont bien les maux d’une certaine jeunesse actuelle qui résonnent dans ce récit. L’existence de Margot est « une vie de rien », « une vie froide, sans gloire, sans personne », « une errance sans fin ».  Que peut attendre de l’avenir une adolescente qui déplore, à 17 ans, n’avoir « jamais rien construit », ni même « jamais rien appris », et dont l’avenir est un simple « concept » sans consistance?

A contre-jour est le reflet troublant d’une certaine vacuité qui touche les adolescents en ce début de siècle. Que cachent l’individualisme, l’absence d’idéaux (d’idées?), l’incapacité à se projeter dans un futur sans les plaisirs éphémères de l’hédonisme et du « jouir sans entraves »? Le slogan soixante-huitard n’a rien perdu de sa portée. Face à un présent tellement angoissant qu’il en devient paralysant, Charline Quarré se fait le reflet d’une jeunesse dorée, livrée à elle-même, sans repères. Les parents, forts de leur réussite, affichent un confort matériel insolent dont le corollaire malheureux est l’absence de perspectives et de valeurs à transmettre à leur progéniture. Si on n’a rien entrepris (et réussi) à l’entrée dans l’âge adulte, on n’est personne. Terrible constat.

L’histoire d’amour dévorante, emblématique de cet âge de tous les émois, est le fil rouge qui guide le lecteur. Qu’on se rassure, c’est presque anecdotique: A contre-jour ne verse (presque) pas dans le roman à l’eau de rose. C’est le roman d’une jeune femme en mal de vivre, qui ne se cherche plus tant elle désespère de se trouver un jour.

 

JE VOUS LE CONSEILLE SI…

… vous voulez découvrir un style différent : l’auteur ne s’embarrasse pas des codes littéraires classiques. Elle malmène les négations et utilise un langage d’une oralité qui, si elle peut surprendre, ne dérange – étrangement- pas dans la bouche d’une adolescente. Le style aurait pu évoluer avec l’âge de l’héroïne, ça aurait été un plus.

 

EXTRAITS :

Comment gérer la souffrance engendrée par une rupture amoureuse? En l’occupant, comme on occuperait un enfant:

On est dimanche, et comme tous les jours maintenant, j’écris et ma douleur fait du coloriage. Comme ça, elle me fiche la paix. Je lui ai donné des crayons de couleur, et même des feutres. Elle va s’en foutre plein les doigts, elle va s’en mettre partout, c’est pas mon problème. Je suis à portée de main de la mallette de peinture, s’il le faut. S’il le faut, je lui préparerais même de la pâte à sel. Pour qu’elle me laisse tranquille. J’en aurais pour l’après-midi. Je redoute le moment où elle voudra me montrer son dessin. Aucune envie de le regarder. Elle va m’obliger à le coller sur le frigo, sans quoi elle se mettra en colère. Et je devrai vivre avec un dessin triste aimanté dans la cuisine. [...] Elle se tient calme, c’est une douleur bien élevée.

Repost 0
Published by ivre de livres - dans Autres romans
commenter cet article
22 avril 2013 1 22 /04 /avril /2013 13:23

La Zingaro

VORONWE

Roman

181 pages

20 €

Où se procurer le livre :

http://www.voronwe.com/fiche_la-zingaro_133.html


* Synopsis :

Silence est une enfant du placard. Maltraitée et mal aimée, elle subit les sévices d’un monde dénué de pitié tout en apprenant la cruauté du genre humain. À l’aube de ses quatre ans, son grand-père, un Patriarche Gitan, décide de l’enlever à ses géniteurs pour mieux la protéger mais aussi pour permettre à la tradition du clan de perdurer et à l’histoire de ne pas être oubliée. Cet ouvrage parle d’amour, de souffrance et de tendresse tout en décrivant la condition tzigane et l’exploitation de l’être humain. Ce livre est également la représentation de crimes de société souvent tabous et des passages peuvent heurter un jeune public. Il est donc de la responsabilité de chaque lecteur d’en être averti. Ce roman d’une troublante beauté saura faire vibrer la corde sensible de chaque lecteur afin qu’elle résonne au plus profond de son âme…

* L'auteur :


Nina Minizen est un auteur engagé qui réside en Touraine parmi la beauté tumultueuse de la vallée de la Loire. Artiste accompli, elle écrit et pratique la sculpture sur pierre ainsi que sur d’autres matériaux. Femme de feu, elle dessine et peint au gré de ses humeurs comme l’océan attend la tempête tandis que sa gouge et son maillet frappent la roche. Spontanée, entière et sincère, l’écrivain saura vous séduire par sa plume à la fois esthétique et tranchante. Nina Minizen arrache le destin de l’intérieur pour le faire jaillir à la surface du monde et transformer le bûcher ardent en oeuvre de coeur.

* Mon avis :

 

Je tiens tout d’abord à remercier les éditions Voronwe de m’avoir permis de découvrir cet ouvrage

Dès les premières pages, ce fut une très bonne lecture. 

C’est la couverture, très réussie, qui m’a attirée en premier lieu. Délicate et sensible, elle m’a donnée immédiatement l’envie de me lancer dans cette aventure.

Ce roman, à l’écriture fluide et chantant,  m'a transporté à travers des endroits et des mythes que je ne connaissais pas et que j'ai trouvé...magiques.

 Nous suivons l’histoire de Silence, une petite fille privée de son enfance et vivant dans les ténèbres qui, grâce à l’intervention des membres de sa famille, va se battre, être soignée, cajolée, aimée et retrouver enfin la route menant au bonheur en retrouvant ses origines ainsi que ses valeurs. Nous la suivons aveuglément et nous voulons savoir, tout savoir…

A la fois beau, triste et enivrant, ce roman m’a subjugué. Je tiens toutefois à signaler que certaines scènes pourraient bien choquer quelques âmes sensibles, à ne pas mettre en toutes les mains.

Bref, un livre qui est agréable et que je vous conseille fortement chers lecteurs. 

Repost 0
Published by ivre de livres - dans Autres romans
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de ivre de livres
  • Le blog de ivre de livres
  • : Chroniques, critiques littéraires
  • Contact

Recherche

Liens